Une conversation avec Timothy Stollenwerk

Publié le: 21/03/2024

Timothy Stollenwerk est le fondateur de Stereophonic Mastering, basé à Portland. Il a été l'un de nos premiers ingénieurs de mastering à adopter le Dave et M-Scaler dans son flux de travail et l'utilise depuis. Avec plus de 2000 albums à son actif, il a été particulièrement occupé – nous sommes donc très reconnaissants d'avoir eu l'occasion de poser quelques questions à Timothy, alors profitez du blog ci-dessous !

 

1. Pour tous ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous nous parler un peu de qui vous êtes et de ce que vous faites ?

Je m'appelle Timothy Stollenwerk, propriétaire et exploitant de Stereophonic Mastering à Portland, Oregon. Je masterise professionnellement la musique depuis 2000. J'ai commencé comme ingénieur d'enregistrement et de mixage, puis je suis passé au mastering en 1998 après avoir ajouté un ordinateur à mon studio. J'ai la chance de dire que depuis que j'offre mes services d'ingénierie audio, j'ai été occupé avec une grande variété de styles musicaux pour des artistes locaux et internationaux.

 

2. À quoi ressemble une journée type pour vous ?

Je commence généralement ma journée en traitant des courriels et des appels téléphoniques, puis je commence par une séance de yoga chaud, un rituel quotidien qui a commencé à peu près au même moment où j'ai commencé à maîtriser. Je trouve que ma pratique quotidienne du yoga favorise le bien-être physique et la clarté mentale, ce qui a un impact positif sur mon travail stationnaire en studio qui a lieu plus tard dans la journée. Ma pratique du mastering et celle du yoga se sont développées en tandem au cours des vingt dernières années et sont deux choses qui me procurent de la joie.

 

3. Nous savons que vous avez travaillé avec un large éventail d'artistes, de musiciens et de groupes. Qu'est-ce qui vous a occupé récemment ?

Chaque année apporte une nouvelle vague de talents avec de nouveaux artistes et labels. C'est gratifiant d'être au service de ces musiciens et créateurs d'aujourd'hui. La diversité musicale avec laquelle je suis chargé de travailler me maintient engagé et intéressé. Je suis également un passionné de matériel, donc améliorer mon studio et essayer les dernières avancées technologiques me fascine sans cesse, et heureusement, rester à la pointe de mon métier fait partie intégrante de mon métier !

 

4. Quels sont les plus grands défis lors de la maîtrise de la musique ?

Les défis sont multiples : la restauration audio peut être fastidieuse et prendre beaucoup de temps ; des mixages trop limités peuvent lier les mains des ingénieurs de mastering. Mais il y a toujours le défi de m'assurer de pouvoir capturer la vision de l'artiste. Au fil du temps, j'ai appris à poser une série de questions pour que moi et l'artiste/producteur soyons sur la même longueur d'onde pour le projet. Je trouve qu’il est préférable de tout avoir par écrit, car des détails peuvent se perdre au cours d’une conversation.

Sur le plan personnel, je travaillais à domicile bien avant la pandémie. Trouver un équilibre harmonieux entre le travail en studio et la vie personnelle est toujours l'objectif.

 

5. Quel est le plus grand mythe sur le mastering musical que vous aimeriez dénoncer ?

De mon point de vue, je pense qu'on se préoccupe trop du « volume sonore cible » avec des sites comme Spotify et pas assez d'accent sur la création de masters au son exceptionnel. Si votre master sonne bien avec une bonne dynamique et un bon équilibre tonal à pleine échelle, alors il sonnera toujours bien si Spotify le baisse pour correspondre à son volume cible. La normalisation du volume sonore est simplement une commodité pour l'utilisateur final, de sorte qu'une chanson folk puisse être jouée à côté d'une chanson métal sur une liste de lecture sans qu'il y ait une énorme augmentation du volume. Il ne s’agit pas d’une « pénalité de volume » comme Internet aime s’en inquiéter.

 

6. Quels sont les principaux changements (sans jeu de mots) dans le mastering musical que vous avez constatés au cours de votre carrière ?

L’évolution de l’audio numérique a été vraiment passionnante à voir et à travailler au fil des années. Lorsque j'ai commencé à explorer le mastering à la fin des années 90, les logiciels (DAW et plugins) ne sonnaient pas très bien. Les logiciels d'aujourd'hui semblent incroyables et peuvent être utilisés côte à côte avec des équipements analogiques pour d'excellents résultats.

 

7. Quels sont vos outils quotidiens les plus précieux pour votre travail ?

Mes convertisseurs numérique/analogique et analogique/numérique sont mes outils les plus précieux.

Lorsque vous maîtrisez dans le domaine analogique comme je le fais, l'étape la plus importante est la conversion du domaine numérique vers analogique (où les compresseurs, égaliseurs et limiteurs analogiques, etc. sont sélectionnés pendant le mastering), puis le retour dans le domaine numérique à l'aide d'un convertisseur analogique-numérique.

Ce va-et-vient est absolument vital, et constitue souvent le maillon le plus faible, c'est pourquoi j'ai choisi ce que je pense être le meilleur avec Chord Electronics» M Scaler upscaler/DAVE DAC et Prism Sound AD-2 et Lavry AD-122-96 MX comme mon ADC (convertisseur analogique-numérique) parmi lesquels choisir. Je considère ces convertisseurs comme les meilleurs ingrédients de ma cuisine de maîtrise !

 

8. Comment les progrès technologiques ont-ils amélioré ou facilité votre travail ?

Tous les outils technologiques que j’utilise ne cessent de s’améliorer et de changer, et cela fait partie du plaisir ! Mes haut-parleurs DSP (y compris le traitement de la pièce et la correction numérique de la pièce) associés à un casque m'offrent une « balance des blancs » reference point à maîtriser, cela se traduit extrêmement bien dans le monde extérieur. De telles avancées m'aident à maintenir un bon rythme en studio, tout en maîtrisant avec une configuration relativement modeste.

 

9. Comment avez-vous découvert Chord Electronics?

Je crois la première fois Chord a attiré mon attention, c'était dans un John Revue Darko sur l'original Mojo. J'ai commandé le Mojo/poly combo et était très satisfait de ce que cette petite centrale pouvait faire. Je l'ai tellement aimé que j'en ai acheté un Hugo localement et je l'ai utilisé dans mon studio comme ampli casque jusqu'à DAVE arrivée.

 

10. De nombreuses personnes lisant ceci seront conscientes de la nécessité d’une DAC, comme le Chord Electronics DAVE que vous utilisez pour le mastering, mais comment la capacité de conversion ascendante du Hugo M Scaler aider votre travail ?

Le DAVE et les terres parsemées de M Scaler servent à double usage dans mon studio, donc ils sont très utilisés ! La première façon consiste à utiliser le DAVE et les terres parsemées de M Scaler pour piloter mon casque LCD-5. Ce combo produit d’excellents résultats pour moi. La deuxième façon est la DAVE et les terres parsemées de M Scaler agir comme ma maîtrise DAC tout en travaillant dans le domaine analogique. Je n'ai pas entendu de meilleure façon de lire un mix d'artiste dans mon équipement de mastering analogique qu'en élevant leur mix à 768 kHz lors de la lecture.

 

11. Vous avez travaillé avec de grands noms et masterisé plus de 2,000 XNUMX titres, qui sont vos héros musicaux et pourquoi ?

Je m'inspire principalement d'autres ingénieurs du son. Quand j'entends une musique de qualité qui attire mon oreille, la première chose que je fais est de rechercher les ingénieurs impliqués, c'est pourquoi c'est toujours décevant quand les ingénieurs ne sont pas crédités ! (indice indice)

L'un de mes héros dans le monde musical devrait être Eric Isaacson de Mississippi Records, ici à Portland, dans l'Oregon. Mississippi Records diffuse certaines des meilleures musiques du moment, avec Eric organisant les sorties et coordonnant des tonnes d'événements. Il a créé une belle communauté à Portland et a influencé d'autres labels dans le monde entier. Nos chemins ont fusionné en 2003, et depuis, je masterise et restaure leurs versions.

 

12. Pouvez-vous nous parler de vos futurs projets ?

Je suis enthousiasmé par quelques-uns des albums que j'ai masterisés en travaillant avec les labels Danger Collective, Mama Bird et Bongo Joe Records sortiront plus tard cette année !

Avec de plus en plus de créateurs ayant accès à la technologie d'enregistrement audio, j'ai continué à être de plus en plus occupé chaque année. En tant qu'amateur de musique, je suis reconnaissant d'entendre autant de musique et j'attends avec impatience la suite.

 

 

Pour trouver plus d’informations sur Timothy, vous pouvez consulter son site Web ici : https://www.stereopho.com/about